Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Juste m'échapper.

Juste m'échapper.

Menu
Texte du 12 octobre 2014 (écrit avec mon copain).

Texte du 12 octobre 2014 (écrit avec mon copain).

Texte du 12 octobre 2014 (écrit avec mon copain).

-C’était un vendredi treize. J'croyais faire un malaise. Le train avait commencé à ralentir, comme les battements de mon coeur qui semblait vouloir partir.

-Je l'attendais sur le quai, le train venait d'arriver. D'une minute à l'autre, les portes allaient s'ouvrir et il serait là, près de moi. Les battements de mon cœur commencèrent à ralentir, je pensais m'évanouir.

-Et je repensais à tous nos mots, tous nos sourires virtuels. Tous nos sauts, et surtout ce regard éternel
Les images défilaient dans mon cerveau comme un diaporama, bientôt, je la verrai et la vie m'offrirai le plus beau des panorama

-Les souvenirs de cette nuit me revenaient, un premier " je t'aime" échangé. Une relation pensée impossible qui pourtant maintenant, était devenue accessible.

-Crissement de freins, presque un roulement de tambours, les portes allaient s'ouvrir et j'allais découvrir quel visage avait l'amour.

-Le train était là, juste devant moi. J'étais tout en émois, c'en était presque de l'effroi.

-Ça y est, le train s'arrête alors que mon cœur s'emballe, je sens que je me perds doucement dans le questionnement et ses dédales. Je descends sur le quai encombré de gens pressés, et voilà que j'aperçois cette fille, celle qui ce jour là m'a foudroyé, ce fût un éclair d'inanité, j'ai enfin compris le sens de l'humanité, je comprends que des gens se battent pour la garder.

-Les gens se bousculent dans tous les sens et moi je le cherche, je sens sa présence. Très vite je l'aperçois, son regard se pose sur moi. J'en aurais presque perdu l'équilibre. Mon cœur auparavant libre était à présent, entre ses mains.

-Le "Noeud" entre nous s'est noué à ce moment précis. Vous savez, cet entremêlement d'émotions et de sentiments, qui unissent deux personnes définitivement ? Mon cerveau peine à dire à mes jambes d'avancer, c'est idiot, mais cette fille m’impressionne, elle s'immisce dans mes pensées. Mes pieds finissent par démarrer, direction : Cette jolie fille qui deviendra ma dulcinée.

- Il s'avance vers moi. Mon corps refuse de faire de même mais mon cœur veut se jeter dans ses bras. Bien que tremblante, j'avance vers lui, plus qu'hésitante, je fonce vers le paradis.

-Et la gêne s'installe.
On ne sait quoi dire, quoi penser sinon que notre bonheur est gravé sur une dalle.

-Ce moment tant désiré est enfin arrivé. Des regards et sourires échangés couramment malgré la timidité. Une tentative d'approche échouée. Un stress supplémentaire; la peur de ne pas lui plaire.

-Comment l'aborder sans tout saborder ? Je suis tellement habitué à tout saboter, et ce coup si je veux rien rater, cette fille mérite de se faire aimer.

-Soudainement, je me rappelle mes relations passées; là où j'ai tout foiré. J'ai peur d'à nouveau tout gâcher. Je sens bien qu'il est différent, qu'avec lui, je pourrais faire un bout de chemin, pas une histoire sans lendemain.

-Et je me suis approché, je l'ai prise dans mes bras.. Comment décrire ce moment là .. ?
Deux âmes perdues qui se retrouvent enfin sur le quai.. Un moment unique, un premier jet de se qui serait certainement l'amour à grande échelle

- Et voilà que je me retrouve enfouie dans ses bras sentant son cœur battre de plus en plus vite. Le mien a déjà explosé de bonheur... Je ne pensais pas qu'un jour ça arriverait. Je ne pensais pas qu'un jour, je vivrais un compte de fée et pourtant c'est bien ce qu'il s'est passé.

-Et nos cœurs désormais enchaînés dans ce regard empli de beauté, Et nos joies devenues communes, nos douleurs muettes, Un peu comme une petite fille qui rit de sa voix fluette.
Je sais que dans ses yeux se trouve mon débarras, viens, approche toi, que je plonge mes émotions dans ces pupilles qui ne me jugent pas.

-Viens, approche toi, car il n'y a qu'en ta présence, que disparait ma souffrance. Viens, approche toi, que je puisse enfin être moi.
C'était un vendredi treize le jour où est née cette petite braise. Une braise d'amour, une braise d'espoir dans ma vie noire.