Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Juste m'échapper.

Juste m'échapper.

Menu
Texte du 17 mars 2015.

Texte du 17 mars 2015.

Texte du 17 mars 2015.

Je sens ce petit être grandir en moi et pourtant aujourd'hui, ça sera fini.
Je le désire plus que tout au monde et pourtant aujourd'hui, je le briserai.
Une petite erreur de parcours, une toute petite. Mais il suffit d'une fois...

Cinq ans de plus et ça ne poserait pas de problème. Cinq ans de moins et c'est un drame. Cette petite chose, ce tout petit être d'à peine dix semaines n'ira pas plus loin.

Seize ans. C'est mon âge.
Les études, le permis, trouver du boulot, un logement, couper le cordon avec ma maman; c'est mon avenir.
Un bébé et tout aurait été chamboulé.
Je le veux mais c'est impossible.

Vingt et un ans, permis obtenu, études faites à moitié, pas encore du boulot mais peut être un logement et indépendante sans besoin de maman derrière. Le bébé aurait été le bienvenu.

Mais comment avoir un enfant quand nous en sommes encore un?

Tout avait commencé par de fortes nausées, de longues fatigues et d'énormes envies de sucre.
Ce qui, en fait, n'était pas si étrange pour moi.
Puis, interruption des menstruations. Le doute s'installe, le test s'effectue; positif.

Une grande joie s'immisce avant de laisser place au désespoir dû au retour à la réalité. Seize ans, c'est trop tôt. Seize ans, je ne peux pas.

Alors, sans avoir mis personne au courant, je me dirige vers ce centre.
J'ai l'impression de le sentir bouger. Bien évidemment, c'est impossible aussi jeune, ce n'est que la culpabilité de tuer ce petit être qui m’enivre.

Mon bébé, pardonne-moi.
Tu vas payer pour l'erreur de ta maman. Tu aurais pu venir bien plus tard et vivre mais il a fallu une pilule oubliée. UNE et te voilà...

Les larmes coulent sur mes joues. De la douleur. Oui, j'ai toujours rêvé de donner la vie et pourtant aujourd'hui, je te la retire.
Je suis trop jeune et ça serait briser mon avenir et peut-être même le tien...

Pardonne-moi mon bébé, tu n'es encore qu'un embryon et pourtant je t'aime. Ne m'en veux pas petite chose, je le fais bien assez pour deux...

J'ai rêvé de ta naissance comme du plus grand miracle et aujourd'hui je brise mon rêve et en me brisant moi-même...