Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Juste m'échapper.

Juste m'échapper.

Menu
Texte du 13 juin 2015 (écrit avec mon copain).

Texte du 13 juin 2015 (écrit avec mon copain).

Texte du 13 juin 2015 (écrit avec mon copain).

Ce petit mot. Il enflait dans ma tête comme une tumeur progressiste, cherchant à prendre le contrôle de mes sens. Ma perception, surtout. Tout me semblait différent. Le bien était meilleur et le mauvais était pire.

Les métastases de la sensibilité m'avaient envahie. Un peu comme malade, je me sentais fébrile sans immunité pour me protéger. Dépourvue de carapace, tout me portait atteinte à des intensités amplifiées.

J'ai toujours été ce mec un peu faiblard, mais le Mot avait fait de moi quelqu'un d'autre. Mieux, pire ? Je ne saurais dire.. C'est juste que tout était pareil et différent à la fois, les mêmes intonations mais qui sonnaient différemment, des reflets d'esprit qui scintillent subtilement plus, de même que l'obscurité s'alourdissait. Une vie, une mort, peut-être même deux, mais considérablement identiques... et différentes, encore.

Aveuglée d'un soleil brillant plongeant dans l'obscurité pure. Eclipse instantanée me brisant d'un coup pour me faire revivre quelques moments plus tard. Changement brutal, du bien au mal, me perdant dans les larmes de joie et de souffrance, petite fille fragile ne sait que faire...

Un souffle qui se transformait en murmure, une bourrasque se transformait en cri. Telle était ma vie. Mon eau autrefois limpide était devenue troublée, à l'image de ce que j'imaginais savoir de moi. J'étais différent. Sensiblement, mais irrévocablement différent. Le mot me hantait et me poursuivait, tantôt en m'épaulant, tantôt en m'affaiblissant. J'étais soumis au mot comme je le suis au monde, il était là et j'étais forcé de tourner dans le même sens que lui.

Ma vie tournait autour de ce petit mot. Quelques lettres, rien de plus, suffisaient à résumer ma vie et à la diriger. Mes humeurs se réglaient sur le contour d'un prénom. Le mot n'était plus que lettres mais devenait les traits d'un visage. Encore brouillon dans ma tête mais très net en mon cœur.

Ce n'était qu'une suite de lettres soigneusement choisies, destinées à me changer. Chacune de ces lettres étaient une émotion distincte, une vie en soi. Une possible version de moi, améliorée, encore et toujours. Un Mot. Mon Mot. Et comme l'amour, ce morceau en trouvera certainement un ou plusieurs autres pour former une phrase, cohérente et puissante.

Cela fait maintenant un an que ce changement a opéré. Douze mois où je me perds entre joie et tristesse, haine et amour mais que je garde ce petit mot comme repère au-dessus de moi qui tend ses mains pour m'extirper vers le haut, toujours plus haut.

Un an. 365 jours qu'il me soumet à ses lois, et que je lui obéis, enfin, que je tente de me persuader que j'ai la possibilité de me soumettre à lui. Car il est tout. Il est en moi comme je suis en lui, et je peine pourtant à l'écrire tant il est doux.

Ce n'est plus une possibilité mais une obligation, faire autrement est impossible. Ce mot berce ma vie et sans lui, elle me laisserait un goût amer... Et je demande comment une si petit chose a pu devenir aussi importante, vitale. Je le respire, je m'en nourris et sans ce groupe de lettres, je meurs.

Caroline.

Gaëtan.