Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Juste m'échapper.

Juste m'échapper.

Menu
Je suis mort hier: Critique.

Je suis mort hier: Critique.

Je suis mort hier: Critique.

Je suis mort hier ~ Patrick Jaulent.

Nombre de pages:

127 pages.

Prix de base:

17 euros.

Résumé:

Imaginez... On vous annonce qu'il vous reste seulement vingt-quatre heures à vivre sur cette terre. Vous êtes un privilégié aussi, ces dernières vingt-quatre heures vous sont offertes comme une option possible de rachat. En cas de réussite, vous poursuivrez votre vie dans un autre univers, sinon vous serez désintégré sauf si le malin vous joue un tour. Et si c'était vrai?

Au crépuscule de votre vie, quel regard porterez-vous sur les vestiges de votre passé, vos actes manqués, vos amours déchus, vos regrets amers, vos réussites factices et vos succès éphémères? L'illusion de la richesse d'une vie qui se fissure au fur et à mesure de l'inexorable écoulement du temps qu'il vous reste à vivre sur cette terre. Qu'aimeriez-vous que l'on retienne de vous?

Au-delà ces croyances personnelles, cette histoire sonne le glas de votre possible réveil, avant qu'il ne soit trop tard. Entendez-vous votre horloge? Tic-Tac, Tic-Tac... Tic-Tac, Tic-Tac... C'est le temps qui passe... Non, c'est la mort qui approche. Alors vivez comme si vous alliez mourir demain et apprenez comme si vous alliez vivre pour l'éternité.

Patrick Jaulent propose là un roman où, après sa lecture, vous ne regarderez plus votre montre de la même façon. Son Tic-Tac vous invitera à dresser le bilan de votre vie et à reconsidérer votre manière de poursuivre votre voyage sur terre.

Mon avis:

C'est un univers très compliqué que nous exprime ici Patrick Jaulent. J'avoue ne pas avoir tout compris ou du moins pas tout de suite. J'ai du faire des pauses, réfléchir, relire des passages et ça m'a plu ! Ce n'est pas un livre qu'on lit comme ça pour se changer les idées mais bien un livre qui nous fait réfléchir et peut nous marquer.

Durant toute l'intrigue, je me suis demandée quel était le lien entre le premier chapitre et le reste du roman; c'est dans les derniers instants, que la boucle s'est bouclée. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le récit au début mais dès qu'on en comprend le thème, on ne veut plus s'arrêter.

Quelques notes d'humour placées un peu partout m'ont fait sourire et m'ont poussée à continuer ma lecture.

Le personnage principal ainsi que sa famille sont difficilement attachants. On a donc John en personnage principal, il a la grosse tête, est infidèle, drague et matte tout ce qui bouge. Bref, le genre de gars que la majorité des femmes déteste ! On est tout de même attendri par cette personne au moment où on évoque son premier amour et par les évènements qui suivent.

Ensuite, sa femme Élisabeth. Le genre de femme à qui je mettrais bien quelques claques pour ce caractère aussi insupportable. J'ai été contente qu'elle soit assez en retrait dans l'histoire.

Il y a le fils, JJ ( j'avoue que le fait que son surnom soit des initiales m'ait un peu gênée, je ne trouve pas que ça soit très agréable à la lecture). Il fait un peu tâche dans la famille. Il est très intelligent tout en gardant les pieds sur terre. Si il était un peu plus présent dans l'histoire, je l'aurais vraiment adoré !

Pour terminer, la fille, Caroline. Bien qu'on ait le même prénom, j'ai eu l'impression que cette fille était mon opposé, insupportable même (Faites comme si vous ne saviez pas que, moi aussi, je suis insupportable). J'ai pas trop compris sa crise de larmes au début... Elle m'a tout de même fait un petit pincement au cœur lors de son rapprochement avec son père. La fin du récit la concernant m'a beaucoup plu, on découvre une facette différente de ce personnage et je n'ai pas été déçue.

Une fin qui m'a surprise, qui ne m'a pas laissée indifférente... J'en demanderais même une suite !

Note:

8,5/10.

Passages adorés:

«[...] Si tu vis chaque jour comme si c'était le dernier, un jour tu auras sûrement raison ».

« Si on y réfléchit bien, on est tous morts hier. Dès notre venue au monde, on entame le cheminement vers notre mort. Notre enfance, pour peu qu'elle ait été meurtrie, frappée au coin du désamour, gangrène le peu des ans qui nous sont impartis et nous fait nous haïr. Ainsi sillonnons-nous à travers les arcanes de la vie, tentant désespérément de colmater ces béances de temps constamment ouvertes, essayant continûment de restaurer ce qui de toute façon ne se peut réparer. Après beaucoup d'errances, une seule certitude reste acquise: ce n'est qu'avec beaucoup de recul et d'amour que l'on peut pardonner et enfin aller l'amble sur les rives de la saga familiale. »

Conclusion:

Je conseille ce roman à tous les lecteurs férus de lectures marquantes.

Où l'acheter?

http://www.amazon.fr/suis-mort-hier-Patrick-Jaulent/dp/B0156VH0H8

L'auteur:

Docteur en électronique, diplômé d'une université américaine, enseignant, consultant et conférencier international, auteur de plusieurs ouvrages de référence, Patrick Jaulent est un expert en stratégie et en cyber-sécurité. Il a longtemps demeuré aux États-Unis où les personnages de Je suis mort hier évoluent dans une écriture influencée par sa passion et la sagesse du Taekwendo.

Sa page Facebook:

https://www.facebook.com/Je-suis-mort-hier-1669542269934315/

Merci à Patrick Jaulent pour m'avoir accordé sa confiance !

N'hésitez pas à laisser quelques commentaires.

Juste m'échapper.