Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Juste m'échapper.

Juste m'échapper.

Menu
Texte du 6 octobre 2016.

Texte du 6 octobre 2016.

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je vous partage un texte dont je suis assez fière et pour lequel ma professeur de français m'a félicitée, ce qui fait toujours chaud au cœur...

C'est un texte que nous avons donc du écrire suite à une pièce de théâtre sur Jean Louvet, un auteur de théâtre Wallon, la première phrase de mon texte est une citation tirée de la pièce.

Je vous laisse lire...

"L'écrivain écrit pour expirer et non pour être inspiré."

ou encore..." L'écrivain pense pour éviter de panser."

 

C'est ainsi que l'on écrit, c'est ainsi que l'on vit. Au gré des larmes, le talent est plus fort. Dans les yeux de la mort, l'envie d'écrire se fait ressentir. Nous écrivons pour expirer et le mal sort de nos doigts. L'encre de mon stylo est le sang de ma faille. Penser est plus efficace que panser. Un pansement cache le mal tandis qu'une pensée offre la douleur au soleil. La pluie prend place ensuite et efface la douleur.

C'est ça, écrire.

C'est coucher sur le papier nos démons. Parfois, on pleure aussi. Et les perles d'eau salées se mélangent à l'encre. Écrire et pleurer, ça va de paire et ça libère. 

Expirer, cela consiste en partie à respirer. Nous écrivons donc pour respirer. Respirer c'est exister. Donc écrire, c'est exister.

Cela fait plusieurs années que je veux devenir écrivain. Cela fait, en fait, plusieurs années que je veux vivre. Je n'écris pas bien, je n'écris pas mal, j'écris de façon ordinaire. Je suis ordinaire. Mais l'art a une tendance naturelle à privilégier l'extraordinaire alors je prends ma plume et je deviens quelqu'un : J'existe. Je crée un monde où je suis l'héroïne et puis je vis. Je vis cette vie comme si elle était la mienne. Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas. Entre mes écrits et moi, il n'y a qu'un pas. Chaque lettre écrite est une expiration de plus, chaque mot écrit est un pas vers le bonheur. J'avance la tête haute, un stylo en mains, rien ne m'atteindra sous les coups des plumes. Et même si à vos yeux, cela ne veut rien dire, tous ces mots, aussi futiles soient-ils, ont beaucoup de sens pour moi. Chaque récit signifie, qu'au moment où je l'ai écrit, j'ai vécu, j'ai existé.

Je ne me sens pas l'âme d'un écrivain mais je me sens âme qui vive. Et peut-être qu'un jour, j'y arriverai. Peut-être qu'un jour, je serai écrivain. Et si j'y arrive, je n'écrirai plus seulement pour expirer mais je serai inspirée. J'inspirerai les autres, peut-être aussi et je serai au summum de mon existence.

Après cela, il n'y aura plus rien de mieux. J'aurai expiré tout l'air de mon corps, j'aurai vécu tout ce que l'on peut vivre et j'aurai existé dans le cœur des gens. Après cette exaltation extrême de la vie, il suffira d'expirer une toute dernière fois et je partirai rejoindre le monde où mes héroïnes vivent, où toute mon imagination réside...

 

 

~ Juste m'échapper.