Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Juste m'échapper.

Juste m'échapper.

Menu
Texte du 28 décembre 2014.

Texte du 28 décembre 2014.

Texte du 28 décembre 2014.

Lena derrière ses vingt-trois ans et son grand sourire cachait une douleur terrible.

Lena passait ses nuits à pleurer le sourire aux lèvres. Elle pleurait un amour perdu il y a deux mois mais souriait grâce au petit être grandissant en elle depuis sept mois.

Ce petit bout, une petite fille, qu'elle nommera Enora en l'honneur de son papa, allait naitre d'ici deux mois en étant orpheline de père.

Lena n'en pouvait plus. Chaque jour était un nouveau combat pour surmonter la perte de son amour avec qui elle vivait depuis quelques années.

Se réveiller au quotidien dans les bras de son bien aimé puis remarquer du jour au lendemain que la vie nous l'a arraché...

Lena ne dormait plus et les cernes sous ses petits yeux pouvaient vous le prouver. La solitude s'était emparée d'elle.

Elle réfléchissait à quitter ce monde, quitter sa douleur. Puis un petit coup de pied venant de son ventre l'empêchait de faire quoi que ce soit.

Le petit pied d'Enora.

Enora était le plus grand rêve des deux jeunes amoureux. Quand ils apprirent la grossesse de Lena, à deux mois demi, la vie avait semblé vouloir les récompenser en échange de tout le malheur qu'ils avaient déjà vécu. Le bonheur était présent, que de sourires et larmes de joies pour qu'en suite, la vie se venge et redouble d'efforts. C'est comme ça qu'Il était mort.

Il. Lui. Lena l'aimait et l'aimerait toujours car il était différent. Il y avait dans ses yeux quelque chose de différent. Ses si beaux yeux... Lena adorait s'y perdre. Il avait un humour des plus stupides qui faisait rire Lena aux larmes, il était adorable, ambitieux...

Puis cet accident était arrivé. Un simple accident de voiture.
Il devait venir chercher Lena chez ses parents où elle avait passé deux jours seulement il n'était jamais arrivé...

Un appel ne tarda pas à faire sonner le téléphoner de Lena. En quelques mots, quelques excuses, quelques explications; on lui annonça qu'elle souffrirait le martyre jusqu'à la fin de sa vie.

Il avait eu un accident de voiture et son cœur s'était arrêté sur le coup. Il était parti, en un rien de temps, sans un au revoir à sa femme, sans un bonjour à sa fille.

Il ne verrait jamais la petite frimousse de sa fille... Elle ne verrait jamais le visage blessé par le temps et pourtant si beau de son papa.

Lena ne vivait plus car son cœur était mort mais elle survivait. Elle survivait car elle devait à sa fille, de lui apprendre chaque habitude, chaque trait de caractère de son papa tant aimé.

Lena pleurait toutes les nuits le sourire aux lèvres. Elle avait perdu sa raison de vivre mais allait donner la vie.